La revue Le Grand Continent, une plateforme de « fracking culturel » européen ? Par Gilles Gressani.

La revue Le Grand Continent et le Groupe d’Etudes Géopolitiques (GEG), qui en est à l’origine, datent respectivement de 2017 et 2019. Malgré ce jeune âge, ses créateurs occupent déjà une place enviable dans l’espace informationnel et d’analyse sur les questions relatives aux relations internationales et à l’Europe. Leurs productions sont en croissance constante et ils attirent des contributeurs d’envergure ainsi que des lecteurs exigeants à l’échelle internationale.

Gilles Gressani est le co-fondateur du Grand Continent et il nous raconte ici l’histoire de l’aventure qui a mené à ces créations en réunissant à l’origine un groupe d’étudiants qui aujourd’hui jouent dans la cour des grands. Leur succès tient à l’écosystème hybride qu’ils ont bâti en forme de plateforme, qui se propose d’aller puiser la valeur là où elle se trouve en Europe pour la collecter dans un même espace. Ils contribuent ainsi à la réflexion et à l’échange sur l’objet Europe en regardant au-delà des frontières entre disciplines, entre langues et appartenances idéologiques, limites nationales et européennes, en combattant les réflexes bureaucratiques et les logiques de cloisonnement, en privilégiant donc toujours la transversalité dans les méthodes comme dans l’approche.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s